Les skateurs font peu de mal, donc les permis ne sont pas nécessaires

Q : Comment vont-ils réduire les accidents à zéro alors qu’ils n’arrêtent pas le skateboard – point final ? Il devrait y avoir des lois pour empêcher les gens de faire du skateboard sur la route ou sur les trottoirs. J’ai été frappé par le skateboard de quelqu’un sur le trottoir alors que je promenais mon chien, et mon chien a été frappé par des skateboarders. Les skateparks devraient être le seul endroit où l’on peut faire du skateboard. Il devrait être exigé par la loi que si une personne veut faire du skateboard sur la route, alors elle doit avoir un permis de conduire, des plaques d’immatriculation, une immatriculation et une assurance sur le skateboard. Est-ce que cela pourrait devenir une loi ?

A : Avant d’aborder la possibilité de changer les lois sur les skateboards, passons d’abord en revue les lois actuelles. Oui, je remets à plus tard le traitement de la partie difficile, mais il est également bon de commencer par ce que nous savons. Selon la loi de l’État de Washington, un skateur est un piéton. Cela ne correspond peut-être pas à votre définition (ou à celle du dictionnaire), mais notre loi inclut, en plus du sens habituel, toute personne qui utilise « un moyen de transport propulsé par la force humaine autre qu’une bicyclette ». Planches à roulettes, trottinettes, patins à roulettes, fauteuils roulants ; l’utilisation de l’un d’entre eux vous qualifie de piéton.

Une fois que nous descendons au niveau local cependant, c’est un peu différent. Les skateurs sont toujours des piétons, mais les juridictions locales peuvent mettre certaines limitations sur les endroits où ils peuvent rouler. Certaines villes font exactement ce que vous demandez, à une échelle limitée, en interdisant la pratique du skateboard dans les quartiers du centre-ville, à la fois sur les trottoirs et dans les rues.

Cliquez pour redimensionner

Sur la question de savoir si les skateboards devraient être interdits sur tous les trottoirs et dans toutes les rues, revenons à votre phrase d’ouverture. Lorsque vous avez parlé de ramener les accidents à zéro, je suppose que vous faisiez allusion à Target Zero, l’objectif ambitieux de Washington d’éliminer tous les accidents mortels et les blessures graves. Je ne veux pas minimiser l’expérience que vous avez eue avec des skateurs imprudents ou irrespectueux. Nous devrions tous avoir la possibilité de marcher le long d’un trottoir sans craindre de nous faire renverser. Et je serais aussi en colère si mon chien était heurté par un skateboarder. Mais les données sur les accidents à Washington n’appuient pas la nécessité d’une interdiction généralisée des planches à roulettes.

Si ce n’est pas une interdiction, qu’en est-il de la délivrance d’une licence aux skateurs ? (Je ne sais pas si vous étiez sérieux au sujet des plaques d’immatriculation, de l’enregistrement et de l’assurance, mais la pensée de minuscules plaques d’immatriculation à l’arrière de chaque skateboard m’a fait sourire, même si c’est irréaliste). Pour en revenir à la question, permettez-moi de faire une analogie moins que parfaite. Si vous voulez piloter un avion, il vous faut une licence de pilote. Si vous voulez faire voler un cerf-volant, il vous suffit d’avoir un cerf-volant (et du vent). Si je fais s’écraser mon cerf-volant sur votre maison, je n’ai besoin que d’une échelle pour le retirer de votre toit (avec votre permission) ; si je fais s’écraser un avion sur votre maison, nous avons de sérieux problèmes. Nous pensons qu’à mesure que les conséquences d’un échec augmentent, la nécessité d’une licence est plus grande. Par ailleurs, saviez-vous que vous n’avez besoin d’aucune licence pour piloter un ULM ? Je ne peux pas imaginer que le corps législatif promulgue une loi pour autoriser les skateboards alors qu’ils sont bons avec des machines volantes de 250 livres utilisées par des pilotes sans licence.

Même si les skateboards sont généralement autorisés sur les trottoirs, vous avez plus de chances d’être blessé par une voiture en marchant sur un trottoir que par un skateboard. La réalité est que les skateboards, les cyclistes et les piétons sont plus souvent les victimes d’accidents de la circulation. Je ne veux pas dire que les voitures sont foncièrement mauvaises, mais simplement que les conséquences d’une erreur sont beaucoup plus graves lorsque vous pilotez un véhicule de plusieurs tonnes que lorsque vous vous déplacez sur des roues à propulsion humaine ou sur vos propres pieds. Et regardons les choses en face ; quel que soit votre mode de déplacement préféré, nous avons construit un système de transport qui nuit à ses utilisateurs tous les jours, et le problème, c’est nous.

Environ 94 % des accidents mortels impliquent le comportement humain comme facteur. Il est important d’évaluer notre code de la route et de voir où nous pouvons apporter des changements pour accroître la sécurité. Il est encore plus important que lorsque nous utilisons les routes, en tant que piéton, cycliste ou surtout en tant que conducteur, nous nous souvenions que nous ne les partageons pas avec des machines mais avec d’autres personnes de notre communauté.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.